FRFL140

III semaine du Temps Ordinaire – Jeudi

Le réveil de la foi 

Jésus disait encore : « Est-ce que la lampe vient pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ? Car rien n’est caché, sinon pour être manifesté ; rien n’a été gardé secret, sinon pour venir au grand jour. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous aurez encore plus. Car celui qui a recevra encore ; mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a. » Mc 4,21-25

Il y a quelques années, en attendant de partir de la gare de Milan, je me trouvais tout seul dans le compartiment d’un train. En profitant de ce moment de tranquillité, j’avais ouvert la Bible et je m’étais mis à prier en silence. Après quelques minutes, d’autres personnes sont montées dans le train pendant qu’elles passaient le long du couloir un enfant s’est exclamé : “ Maman, maman, allons nous asseoir ici, c’est libre ! ” “ Non, non, nous avançons – répondit la mère –, là il y a un témoin de Jéhovah. ” Je me suis tristement demandé pourquoi donc une personne qui prie en silence, la Bible ouverte entre ses mains, doit être prise pour un témoin de Jéhovah. Faut-il alors préférer l’attitude de qui témoigne par ses œuvres uniquement le mystère du royaume de Dieu ? Pourquoi donc – pensais-je  – une foi manifeste dérange-t-elle aujourd’hui ? Peut-être parce qu’elle porte des valeurs telles la famille et le respect de la vie qui ne sont plus partagées par la plupart des gens. En l’espace de quelques années, la spontanéité de vivre la foi chrétienne s’est affaiblie et ceci a engendré une certaine bravade de la part des non croyants qui ont pris des attitudes de plus en plus anticléricales. Dans notre pays, le flux croissant de personnes appartenant à d’autres religions a été utilisé pour faire passer pour accueil toute élimination de nos symboles religieux les plus chers, comme le crucifix et la crèche.  Et pourtant quand, il y a quelques années, nous sommes allés au Népal nous n’avons pas été blessés par les images de Bouddha qui se trouvaient partout : au contraire, nous les avons respectueusement admirées ! Cependant, dans ces derniers temps, il nous semble que cette attitude un peu hypocrite a eu comme résultat un nouvel épanouissement de la foi à la suite duquel on a retrouvé le courage apostolique de témoigner les valeurs chrétiennes. Il semblait que le marécage du désengagement, du manque d’intérêt, de l’apathie spirituelle et de la capitulation face au matérialisme triomphant et à la vulgarité blasphème aurait englouti toute manifestation de foi mais ceci n’a pas été le cas. On assiste, par contre, à une reprise vigoureuse du témoignage chrétien. Comme ceci arrive fréquemment dans l’histoire c’est les jeunes qui ont eu l’intuition que cette attitude n’aurait pas été féconde et, motivés par un sain égoïsme typique de leur âge, ils se dirigent vers la redécouverte de la foi comme source authentique de joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.