FRFS158

III Dimanche du Temps Ordinaire

Charismes et ministères dans l’Église

Prenons une comparaison : notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. Tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l’unique Esprit pour former un seul corps. Tous nous avons été désaltérés par l’unique Esprit. Le corps humain se compose de plusieurs membres, et non pas d’un seul. Le pied aura beau dire : « Je ne suis pas la main, donc je ne fais pas partie du corps », il fait toujours partie du corps. L’oreille aura beau dire : « Je ne suis pas l’œil, donc je ne fais pas partie du corps », elle fait toujours partie du corps. Si, dans le corps, il n’y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S’il n’y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ? …. Il y a donc à la fois plusieurs membres, et un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main : « Je n’ai pas besoin de toi » ; la tête ne peut pas dire aux pieds : « Je n’ai pas besoin de vous » … Si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l’honneur, tous partagent sa joie. Or, vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps. Parmi ceux que Dieu a placés ainsi dans l’Église, il y a premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement ceux qui sont chargés d’enseigner, puis ceux qui font des miracles, ceux qui ont le don de guérir, ceux qui ont la charge d’assister leurs frères ou de les guider, ceux qui disent des paroles mystérieuses. Tout le monde évidemment n’est pas apôtre, tout le monde n’est pas prophète, ni chargé d’enseigner ; tout le monde n’a pas à faire des miracles, à guérir, à dire des paroles mystérieuses, ou à les interpréter. 1Co 12,12-30

L’image du corps et des membres pour décrire le fonctionnement d’une organisation complexe, dans laquelle chacun est au service des autres, a déjà été utilisée par les auteurs grecs ainsi que romains : “ Membra sumus corporis magni – nous sommes les membres d’un grand corps ”, écrit Sénèque dans une épître, en parlant du grand empire romain. Pour décrire l’organisation et les différentes fonctions de l’Église, Paul reprend cette image et en fait l’expression d’une réalité surnaturelle dans laquelle la tête est Jésus Christ, et nous, les membres dans lesquels coule le Saint Esprit qui les nourris comme le sang dans le corps humain.

Avant de traiter des ministères, un sujet qu’il reprend aussi à la fin du passage d’aujourd’hui, Paul a parlé des charismes car il n’est guère possible de traiter des uns sans aborder les autres. Par contre, dans la lettre aux Romains, Paul aborde d’abord les ministères et termine par les charismes. « Chacun reçoit – dit Paul dans les versets qui précédent le passage d’aujourd’hui – le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous … le langage de la sagesse de Dieu … le langage de la connaissance de Dieu  … le don de la foi …. des pouvoirs de guérison … le don de faire des miracles … le don de la prophétie … de reconnaître ce qui vient vraiment de l’Esprit … le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses … le don de les interpréter. » (1Co 12,7-10)  À la fin du passage d’aujourd’hui, Paul ajoute à ces derniers le charisme de l’apôtre, du gouvernement, de l’enseignement et de l’assistance aux malades. Dans d’autres lettres, il mentionne aussi d’autres charismes encore, en arrivant ainsi jusqu’au nombre de vingt-et-un. Puisqu’au sein de l’Église les différents ministères du corps mystique sont attribués par nomination, celui qui est responsable de la sélection des personnes a le devoir de tenir compte des charismes reçus par chacun. Au cours de l’exercice des ministères, ces charismes seront développés par la grâce de l’état, mais ils doivent déjà exister comme qualité naturelle ou comme don du Saint Esprit.

Qui est appelé à devenir évêque doit posséder certains charismes spécifiques même si les charismes de l’évêque de Nairobi seront différents, par exemple, de ceux de l’évêque di New York, compte tenu des différents contextes dans lesquels ces charismes vont se déployer. Au sein de la famille aussi, les différents membres possèdent des charismes différents. Aux parents, l’Esprit donne le charisme du gouvernement pour gérer les situations qui se présentent ; le charisme du discernement pour reconnaître ce qui est bien et ce qui est mal ;  le charisme de la foi pour guider la famille dans les moments les plus difficiles ; les charismes du langage de sagesse et de science qui sont nécessaires pour élever les enfants ; et, en plus, tous les autres charismes qui sont nécessaires compte tenu du contexte familial spécifique. La totalité de ces dons représente la grâce de l’état, que le Seigneur nous donne et que nous devons invoquer dans notre prière personnelle.

Seigneur, donne-nous la grâce et les charismes nécessaires pour bien gouverner notre famille, pour comprendre tous les membres dont elle se compose et pour discerner les situations qui se présentent. Donne-nous la capacité d’éduquer nos enfants et de les aider à grandir dans la foi, surtout dans les moments les plus difficiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.