FRFS150

V Dimanche de Pâques

Le commandement de l’amour réciproque 

Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez…. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » Jn 13,31-33a.34-35

La dernière cène avec les disciples s’est terminée. Jésus vient de dire à Judas « Ce que tu fais, fais-le vite. » (Jn 13,27) Judas est sorti pendant la nuit et il donne à tous ceux qui sont restés avec lui un commandement nouveau qui est considéré comme étant son testament spirituel : « Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. »

L’amour est donc le nouveau commandement de Jésus et la marque distinctive du chrétien. En pensant à comment nous sommes faits, le mandat de nous aimer les uns les autres serait inacceptable et inexplicable ; mais, si nous acceptons le message de l’Évangile, le commandement du Seigneur devient générateur car il donne naissance aux conditions mêmes qui régissent sa mise en œuvre. En d’autres termes, le Seigneur accomplit le miracle de transformer le cœur de l’homme pour rendre possible ce qu’il commande, comme prophétisé par Ezéchiel : « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36,26)

Les fruits de l’esprit nouveau que Jésus nous a portés sont énumérés par Paul dans plusieurs de ses lettres : « Mais voici ce que produit l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi. » (Ga 5,22) Ce sont ces sentiments là qui caractérisent les relations existant entre les frères dans la foi. La question est : existent-elles seulement pour les frères dans la foi ou s’étendent-elles aussi à notre prochain quel qu’il soit ? …La réponse est évidente : puisque Dieu aime tous les hommes et qu’il n’a pas épargné son fils unique pour eux, le chrétien est lui-aussi appelé à faire la même chose. Même l’ennemi doit être aimé : « Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent. » (Mt 5,44) Humainement, ce serait impossible mais, puisque c’est un commandement, le Seigneur crée les conditions de base pour que ceci s’avère. C’est l’amour la nouvelle façon de vivre et de se mettre en relation avec les autres hommes que Jésus a portée dans le monde. Il y a une façon toute simple pour expérimenter la vérité de tout ceci : quand les relations humaines, surtout au sein de la famille, deviennent difficiles, il suffit de commencer à prier ensemble pour que les entraves qui lient nos cœurs sautent et que l’on puisse s’aimer même plus qu’avant. Si, pour une raison quelconque, il n’est pas possible de prier ouvertement, il suffit de prier en silence, dans notre for intérieur, pour que les entraves liant les cœurs de tous sautent comme ce fût le cas pour Paul et Silas quand ils étaient en prison : « Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient. Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l’instant même, toutes les portes s’ouvrirent, et les entraves de tous les détenus sautèrent »  (Ac 16,25-26), même de ceux qui n’avaient pas prié.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.