FRFS131

25 Décembre – La Nativité du Seigneur

La Parole de Dieu recrée l’homme

Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée….. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais tous ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu …. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité….Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c’est lui qui a conduit à le connaître. Jn 1,1-18

En lisant le prologue de l’évangile de Jean, nous ne pouvons pas nous passer de prendre acte du fait qu’il décrit ce qui se passe dans les familles – dans la nôtre aussi – lorsque il y a la bonne habitude de méditer ensemble la Parole de Dieu. Quand nous avons commencé, il y a plusieurs années, nous étions de “ bons chrétiens ”, c’est-à-dire ceux qui vont à la Messe le dimanche, reçoivent les sacrements et élèvent les enfants de manière à ce qu’ils fassent de même avec leurs propres enfants. Cependant, Dieu était pour nous un être méconnu et indéchiffrable, de même que Notre Seigneur Jésus Christ, car nous les sentions loin de nous, vivant dans leur sphère céleste : « Il était au commencement auprès de Dieu. » Même si nous croyions que « Par lui, tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui », le Seigneur était pour nous éloigné, encore « auprès de Dieu ».

Au fil de notre écoute et de notre méditation des Saintes Écritures, et surtout des évangiles, Jésus Christ, et par lui le Père, se sont révélés jour après jour, et maintenant nous pouvons dire que nous les sentons proches, mais surtout que nous sommes conscients d’être réellement les fils de Dieu : « Il est venu chez les siens, …Tous ceux … qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. » C’est arrivé car – comme nous annonce l’évangile d’aujourd’hui – nous l’avons reçu à l’intérieur des murs de notre maison et sa Parole a retentit en nous. C’est d’ailleurs l’exhortation que Paul nous adresse : « Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres avec une vraie sagesse ; par des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. » (Col 3,16)

Dieu a toujours parlé dans l’histoire, mais avant de commencer à méditer sa Parole, nous préférions l’écouter en lisant le grand livre de la nature : le ciel étoilé, les aurores, les couchers de soleil, les saisons qui défilent avec les arbres qui se dépouillent et se recouvrent, les montagnes, la mer avec ses milles changements ou encore les lacs d’une beauté paisible. Depuis que nous avons commencé à écouter les vérités du Royaume des cieux qui se cachent derrière les paraboles et, jour après jour, nous avons pris part aux miracles que le Seigneur a accompli dans notre vie, comme déjà il avait fait auparavant sur les chemins de la Palestine, nous nous sommes rendus compte que Jésus est réellement le fils de Dieu, venu au monde pour nous révéler des vérités cachées depuis toujours : « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. »

Mais surtout, nous sommes sûrs et certains que Jésus Christ est réellement venu parmi nous pour nous libérer de l’esclavage du péché et pour nous sauver, en payant sur la croix le prix que lui seul était à même de payer, comme nous dit saint Paul. De même qu’au commencement la Parole de Dieu a crée le monde et l’homme, en écoutant la parole révélée c’est l’homme originel fait à son image qui est recrée en nous-mêmes : « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa. » (Gn 1,27) Et avec l’homme, c’est le monde qui est recrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.