FRFL010

II semaine de l’Avent – Jeudi

Les privilèges du Royaume 

Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n’en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu’à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, le prophète Élie qui doit venir, c’est lui. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! Mt 11,11-15

Les personnages de l’histoire du salut sont toujours en voyage, à la recherche d’une réalité différente par rapport à celle dans laquelle ils se trouvent. C’est une inquiétude qui reflète celle qui est enfermée dans le cœur de l’homme, toujours en quête de Dieu. Abraham sort de sa terre de Ur, en Mésopotamie, pour aller vers une autre terre, sans même savoir laquelle ; et Jacob, avec toute sa famille, quitte la Palestine pour se diriger en l’Egypte. Pendant les quatre cents années de séjour en Egypte, la famille de Jacob grandit en nombre jusqu’à ce qu’elle ne devienne le peuple d’Israël, qui toutefois est esclave du pharaon. Afin d’être à nouveau libre, Israël, guidé par Moïse sort de l’Egypte et se met en chemin vers la Terre Promise, la Palestine. Ensuite, il y aura les cinquante années de déportation en Babylone, et enfin le retour dans sa patrie en 583 av. J.-C. En Palestine, la marche d’Israël, n’est pas seulement un déplacement géographique mais il devient un itinéraire spirituel vers la nouvelle réalité du royaume des cieux que Jésus même définit comme n’étant pas de ce monde, même si dans l’histoire de ce monde. À ce moment là, voilà qu’arrivent les prophètes qui indiquent continuellement le chemin à parcourir, comme les panneaux de signalisation indiquent la ville à laquelle nous nous dirigeons. Parmi ces panneaux de signalisation, le dernier est Jean le Baptiste, qui indique que Jésus de Nazareth est le Messie, le Fils de Dieu, qui va enfin établir la nouvelle réalité du royaume des cieux. Toutefois, Jean Baptiste ne va pas entrer dans le Royaume, il s’arrête à la frontière : il ne jouit donc pas des privilèges découlant de ce nouvel état. C’est aussi ce qui arrive, de nos jours, à un citoyen étranger : même s’il s’agit d’une personne importante, puisqu’elle n’a pas le droit de vote elle ne jouit pas de pouvoirs décisionnels. Le plus petit dans le royaume des cieux, dit Jésus, est plus grand que Jean le Baptiste car il jouit des privilèges revenant aux citoyens du Royaume. Pour les premiers disciples, les privilèges ont été les suivants : connaître Jésus, pouvoir écouter directement sa parole, assister à ses miracles. Par la suite, avec la naissance de l’église, les privilèges sont devenus : l’Esprit Saint que nous recevons au baptême, le don de l’eucharistie, les autres sacrements et les Écritures Saintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.