FRFS118

XXVI Dimanche du Temps Ordinaire

Le firmament est la gloire de Dieu

Les cieux proclament la gloire de Dieu, le firmament raconte l’ouvrage de ses mains. Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance. Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s’entende; mais sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. Là, se trouve la demeure du soleil : tel un époux, il paraît hors de sa tente, il s’élance en conquérant joyeux. Il paraît où commence le ciel, il s’en va jusqu’où le ciel s’achève : rien n’échappe à son ardeur. Ps 18, 1-7

On commençait déjà à sentir dans l’air la chaleur de l’été. Je venais de terminer la quatrième lorsque les parents de Mirella me demandèrent d’aider leur fille à préparer ses examens. Ils nous exhortèrent à rester, pendant cette période, dans une petite maison de campagne afin de mieux pouvoir étudier. Ce furent des jours magnifiques, d’étude intensive, d’amitié sincère, vécus dans la solitude privilégiée d’une maison située juste sur le sommet d’une de ces collines qui rendent la campagne toscane inoubliable.  

Les heures s’écoulaient rapidement, les examens s’approchaient et nous ne nous accordions que quelques moments de repos pendant l’heure de table. Un soir, nous avons décidé de préparer des pâtes ; nous avons donc mis une casserole remplie d’eau à bouillir. En attendant, nous sommes montées sur la terrasse. Nous étions toutes les deux très fatiguées et nous nous sommes assises parterre pour mieux jouir de la vue des champs éclairés par les derniers rayons de soleil. Nous avons alors commencé à apercevoir les étoiles et nous nous sommes allongées afin de contempler la voûte céleste. Nous étions en silence, en essayant de regarder au-delà dans le firmament ; notre regard se posait d’une étoile à une autre qui nous semblait encore plus éloignée.  Ce soir là, j’ai eu pour la première fois le sentiment de ma petitesse infinie face à l’immensité du ciel et je me suis livrée à adorer Celui qui avait crée une beauté tellement merveilleuse et sublime. À un certain  moment, nous avons été brusquement rappelées à la réalité par l’odeur de brûlé qui montait de la cuisine où l’eau de la casserole s’était, désormais, complètement évaporée. Nous nous sommes précipitées en bas, en dévalant les escaliers pour essayer de réparer le petit désastre, tout en restant encore en silence pour ne pas  dissiper et prolonger ce sentiment d’infini qui était naît en nous.

Plusieurs années se sont écoulées depuis ce soir là, ma le ciel étoilé continue encore à être pour moi la manifestation de la gloire de Dieu que j’aime le plus. Je sais que Mirella, après quelques années, est entrée dans un ordre monastique contemplatif : qui sait si ce n’est justement ce soir là qu’elle a découvert l’immensité de l’amour divin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.