FRSM012

31 Mai – La Visitation de la Vierge Marie

La Visitation

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur …. Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle. Lc 1,39-56

Après l’annonciation de l’archange Gabriel, Marie quitte la maison de Nazareth et, en traversant la colline elle se presse vers la maison de sa cousine Élizabeth, elle aussi comblée par le Seigneur qui lui a accordé une maternité qui semblait impossible. Or, quand Élizabeth entend la salutation de Marie, l’Esprit Saint l’inonde de lumière et fait tressaillir de joie l’enfant qu’elle porte dans son ventre. Ceci se produit car Marie porte en soi la présence sanctifiante de Jésus, et grâce à celle-ci, tout en étant encore dans le ventre d’Élizabeth, Jean reçoit la purification qui lui permet de recevoir l’investiture de précurseur du Christ. Le tressaillement de Jean arrache à Élizabeth une exclamation de joie vu qu’elle se trouve face à la mère de Dieu. Ainsi, on peut considérer que la gloire de Marie a été proclamée, pour la première fois, par Jean le Baptiste. Il est en même temps le témoin du Christ et de Marie. Nous pourrions creuser encore plus ce mystère de la Visitation, que l’évangile mentionne mais qui nous ouvre des horizons sans bornes. Si le premier contact de Marie avec Élizabeth a suscité de tels effets, la communion d’âmes qui s’est créée entre ces deux âmes pendant les trois mois où elles sont restées ensemble ne peu guère être conçue ; inconcevable est aussi la communion et le parcours spirituel de Marie et de Joseph pendant les années passées dans la maison de Nazareth. Ce sont des mystères insondables de la foi. Une chose est toutefois certaine : si Élizabeth a exulté parce que Marie s’est approchée d’elle, quelles merveilles aura accompli l’Esprit Saint en Joseph ! En effet, il lui a toujours été reconnaissant de s’être tendrement occupé, tout au long de sa vie, de Marie et de Jésus. Il faut penser que l’Esprit Saint se complait de lui accorder, encore aujourd’hui, des grâces innombrables. De plus, personne mieux que Joseph a connu la puissance, la douceur, l’enthousiasme et la délicatesse de la médiation de Marie. Marie et Joseph sont, aujourd’hui aussi, les deux instruments principaux de la grâce. Nous avons commencé en méditant le mystère de la Visitation et nous avons terminé en parlant de Joseph, duquel on perçoit la grandeur, comme une montagne qui se dresse dans le fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.