FRFL111

V semaine de Pâques – Samedi

Les raisons de la persécution 

[Paul] Il arriva ensuite à Derbé, puis à Lystres. Il y avait là un disciple nommé Timothée …   Paul désirait l’emmener, et il le prit avec lui… Les Églises s’affermissaient dans la foi et le nombre de leurs fidèles augmentait chaque jour. Ac 16,1-10

Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre. Jn 15,18-20

La dynamique du grain, qui pour porter des fruits, doit mourir sous terre, naît de la persécution, dans laquelle les communautés chrétiennes grandissent, à l’époque de Paul comme encore aujourd’hui. Pourquoi vivre l’évangile et l’annoncer est-il cause de persécution ? À dire vrai il y a une partie du message évangélique qui est accueilli avec sympathie : c’est celle qui concerne la justice sociale, la foi dans la Providence, la guérison des malades et, en général, toute la proposition évangélique selon laquelle il y a quelque chose à “ faire ” ou à “ recevoir ”, deux verbes qui conviennent bien à la nature humaine. Cette partie de l’évangile ne demande pas de grands changements intérieurs, mais seulement de ménager des légères modifications visant à améliorer notre mode de vie et celui des personnes qui nous sont proches. C’est un message qui peut être accueilli ou ne pas être accueilli, mais ce n’est pas la raison principale de persécution. La persécution se déchaîne quand il est demandé à l’homme de changer ses propres convictions intérieures, celles qu’il s’est lentement construit au fil du temps et qui constituent les piliers portants de sa propre existence. En d’autres termes, la persécution naît quand on propose à l’homme de renier soi-même, parce que l’homme est fait pour vivre, pour aller de l’avant en partant de ce qu’il est déjà et non pas pour recommencer de zéro. Pardonner celui qui fait du mal n’est pas humain, de même que tendre l’autre joue : la même chose s’applique au changement radical du mode de vie, de la façon de sentir, de se mettre en relation avec Dieu et avec son prochain. Nous sommes en outre d’accord pour croire en la Providence parce qu’elle nous permet d’améliorer ce que nous avons ; mais nous le sommes moins s’il s’agit de s’abandonner à elle comme le font les oiseaux du ciel et les lys des champs, en renonçant complètement à nos certitudes. Enfin, il est facile pour un chrétien de parler de justice sociale, mais peu nombreux sont ceux qui la mettent en pratique et encore moins nombreux sont ceux qui la vivent radicalement. Cette deuxième partie de l’évangile est la cause de nombreuses persécutions et l’apôtre est tenté d’en rester bien à l’écart.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.