FRFL104

IV semaine de Pâques – Vendredi

Notre place 

Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Jn 14,1-6

Nous sommes venus au monde dans le lieu de notre naissance, avec le corps que Dieu nous a donné pour nous conduire où il veut, comme si un taxi avait été mis à notre disposition pour nous faire faire un tour panoramique avant d’aller au théâtre. À la fin, nous descendrons et nous entrerons pour jouir du spectacle de l’éternité, avec le billet qui nous a été offert par le Seigneur et qui nous assure une place déjà réservée et qui est toute pour nous. Je ne sais pas où va encore me conduire ce taxi dans lequel je suis assis depuis des années, et qui dans ces derniers temps, exige un entretien plus fréquent. Je sais seulement que j’ai en main un billet qui m’assure l’entrée et une place dans l’éternité, que le chauffeur du taxi est le Seigneur lui-même, lequel connaît bien le « chemin » pour y aller, la « vérité » relative à la destination à laquelle je me dirige et la « vie » dont je jouirai pour l’éternité. Et cela me suffit. Je remercie mes parents qui m’ont permis de monter dans ce taxi ; en regardant par la vitre, je vois défiler les paysages, les aurores et les couchers de soleil, le soleil en été et la neige en hiver. Je les remercie parce qu’ils m’ont éduqué à la foi et je suis reconnaissant aux nombreuses personnes qui ont permis à ma foi de grandir. Je remercie mes enfants auxquels je pense avoir donné ce dont ils avaient besoin, mais desquels je pense avoir reçu bien plus. Je remercie mes professeurs de la période scolaire, qui m’ont ouvert l’esprit à la connaissance et à la manière de l’obtenir. Je remercie mes collègues et mes collaborateurs qui se sont succédés le long de ma profession d’ingénieur. Je remercie les personnes rencontrées dans ma brève activité politique. Je remercie mes nombreux amis et également les quelques ennemis. Je remercie Anna Maria que j’ai eu le privilège d’avoir comme compagnon de voyage, et avec laquelle, je ne sais comment, nous serons ensemble dans l’éternité, parce que sa place sera à mes côtés. Je remercie tout le monde, tandis que le taxi  continue sa course vers la place qui m’attend, avec le Seigneur au volant.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.