FRFL084

Octave de Pâques – Mercredi

Jésus vit toujours dans l’Église

Deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient ensemble de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas. Jésus leur dit : « De quoi causiez-vous donc, tout en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, répondit : « Tu es bien le seul de tous ceux qui étaient à Jérusalem à ignorer les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth …. et ils l’ont crucifié. Et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël ! …. quelques femmes de notre groupe … sont allées au tombeau de très bonne heure, et elles n’ont pas trouvé son corps … ; elles sont même venues nous dire qu’elles avaient eu une apparition : des anges, qui disaient qu’il est vivant. « Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, en partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur expliqua, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait….. Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous : le soir approche et déjà le jour baisse. » …  Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Alors ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? » … ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Lc 24,13-33

Aujourd’hui nous rencontrons ces deux disciples qui se dirigent vers Emmaüs.  Tout en sachant bien ce qui c’était passé à Jérusalem, depuis la mort jusqu’à la résurrection de Jésus, ils s’en éloignent tristement car ils n’ont pas compris le sens des événements. Pour quelle raison alors, à la fin, après que Jésus leur a expliqué les Écritures, retourneront-ils pleins de joie à Jérusalem ? Pourquoi encore aujourd’hui il y a-t-il des personnes qui connaissent les Écritures Saintes mais n’ont pas la foi ? Que s’est-il passé chez ces deux disciples pour qu’ils passent d’une simple connaissance des faits à la compréhension profonde de tout ce qui s’était passé ?

Il est arrivé que Jésus lui-même leur a expliqué les événements, et pendant qu’il les expliquait il leur a transmis l’émotion de la foi.  Les mots, à eux tous seuls, ne peuvent pas communiquer la foi : encore faut-il « ressentir » dans son cœur la vérité qu’ils renferment. C’est la différence qui existe entre donner un évangile (une bonne nouvelle) et annoncer l’évangile. Jésus, à la fin de son explication et du chemin fait ensemble, a accepté l’invitation de rester un peu avec eux. Pour eux il a rompu le pain, comme pour les apôtres lors de la dernière cène : à ce moment-là ils l’ont reconnu. À l’accueil du message évangélique doit, en effet, suivre l’insertion dans l’Église et la participation à l’eucharistie. C’est impossible de connaître le Seigneur et d’approfondir les Écritures Saintes si ce n’est à l’intérieur de l’Église. Notre prière familiale aussi n’est guère une marche de personnes dans le désert ; elle s’inscrit dans la foulée de l’Église en chemin et en suit fidèlement les indications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.