FRFL072

V semaine de Carême – Mercredi

La vérité nous rend libres

Jésus disait  ….« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répliquèrent : « Nous sommes les descendants d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : ‘Vous deviendrez libres’ ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : tout homme qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Donc, si c’est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres.  …. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous, vous faites aussi ce que vous avez entendu chez votre père. » …. »Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ! Nous n’avons qu’un seul Père, qui est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. Jn 8,31-42

Le péché rend enclave ; connaître la vérité rend libres, et la manière pour la connaître est celle d’accueillir le message de l’évangile et devenir des disciples du Christ. C’est l’annonce qui est faite aujourd’hui et sur laquelle nous devons méditer. Que le péché rend esclave est démontré par le fait que chaque péché est répétitif et ceci jusqu’au point où la personne finit même par perdre sa propre dignité. Il suffit de penser à ce que saint Paul appelle les actions de la chair : « débauche, impureté, obscénité, idolâtrie, sorcellerie, haines, querelles, jalousie, colère, envie, divisions, sectarisme, rivalités, beuveries, gloutonnerie et autres choses du même genre. » (Ga 5,19-21) Cette liste est bien  plus longue et sur celle-ci figurent entre autre : mensonge, attachement à l’argent, drogue et vexations. Le démon est le metteur en scène caché qui fait mûrir les fruits de la chair. En se servant des situations, des faits et des personnes que la vie nous met devant il commence à ouvrir une brèche par le péché à l’égard duquel nous sommes les plus vulnérables. Ce péché devient ensuite répétitif, il s’étend à d’autres péchés jusqu’à ce que la personne est complètement envahie : c’est exactement comme si une armée ennemie, ayant ouvert une brèche à un endroit donné, occupait et saccageait tout le pays. Aujourd’hui, le Seigneur nous annonce que pour être libérés de l’esclavage découlant de ces péchés nous devons accueillir sa « parole » et devenir ses  « disciples » : ainsi nous serons à même de connaître la vérité et celle-ci nous rendra libres. Mais quelle vérité connaîtrons-nous en nous mettant à la séquelle de Jésus ? C’est une vérité tous azimuts qui revêt les caractéristiques d’un cheminement, c’est-à-dire qu’elle est progressive. C’est une école à laquelle nous nous inscrivons et c’est là que pendant les cours nous sont expliquées les vérités sur Jésus, sur nous-mêmes, sur le monde et sur l’histoire. C’est comme si nous passions de la vue des enchevêtrements de fils du revers d’un tapis à la vue du bon côté où le dessein est clairement visible et revêt un sens. Mais surtout en regardant l’endroit du tapis l’on respire un air de liberté dont les fruits, comme nous dit saint Paul, sont : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi. En d’autres termes, tous les ingrédients pour vivre dans la joie et la transmettre à d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.