FRFL071

V semaine de Carême – Mardi

Les temps forts de la foi

Jésus leur dit encore : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je m’en vais, vous ne pouvez pas y aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se suicider, puisqu’il dit : ‘Là où moi je m’en vais, vous ne pouvez pas y aller’ ? » Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. Si, en effet, vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » Ils lui demandaient : « Qui es-tu donc ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. J’ai beaucoup à dire sur vous, et beaucoup à condamner. D’ailleurs celui qui m’a envoyé dit la vérité, et c’est de lui que j’ai entendu ce que je dis pour le monde. » Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien par moi-même, mais tout ce que je dis, c’est le Père qui me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui lui plaît. » Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui. Jn 8,21-30

Suivre les thèmes de la foi de l’année liturgique c’est comme participer au Tour d’Italie. Il y a des étapes en plaine du Temps Ordinaire pendant lesquelles il est plus facile de rester dans la roue de la pensée de Jésus, et il y a des étapes en montagne, comme celles des périodes d’Avent et de Carême, pendant lesquelles les grands thèmes de la foi sont abordés ; et, à ce moment-là il est très difficile de tenir l’allure de ses propositions de vie. Pour sortir de ces étapes avec dignité il faut être bien entrainé et le seul entraînement possible est la prière. L’étape d’aujourd’hui engage de façon particulière car Jésus passe à une série de sprint et à chacun d’eux nous risquons de ne pas rester dans sa roue. Avec le premier sprint Jésus nous demande de croire qu’en lui coexistent les deux natures, humaine et divine : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. » Si nous croyons avec notre esprit et avec notre cœur à cette vérité de la foi nous restons attaché à sa pensée. Avec le deuxième sprint Jésus nous demande de croire que notre foi en lui, comme Fils de Dieu, nous sauve de nos péchés : « Si, en effet, vous ne croyez pas que moi, je suis, vous mourrez dans vos péchés. » « Je Suis », en effet, est la définition que dans l’Ancien Testament Dieu donne de lui-même. Là, pour rester dans sa roue nous devons croire qu’il est Dieu, que nous sommes pécheurs mais que notre foi en lui nous sauve. Aujourd’hui, suivre Jésus ne sera guère facile mais avec la prière et la méditation de l’évangile nous réussirons probablement. Cependant, Jésus sait bien que le sprint des prochains jours sera pour nous le plus dur ; il commence donc à nous préparer en nous anticipant son contenu : son œuvre du salut passera par le moment de la croix quand on aura « élevé le Fils de l’homme. » Il sera bon alors de renforcer notre prière pour rester dans sa roue lorsque nous méditerons ce mystère de l’amour infini de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.