FRFL068

IV semaine de Carême – Vendredi

L’humanité du Christ

Après cela, Jésus parcourait la Galilée : il ne voulait pas parcourir la Judée parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. La fête juive des Tentes approchait. Lorsque les frères de Jésus furent montés à Jérusalem pour la fête, il y monta lui aussi, non pas ostensiblement, mais en secret. Quelques habitants de Jérusalem disaient alors : « N’est-ce pas lui qu’on cherche à faire mourir ? Le voilà qui parle ouvertement, et personne ne lui dit rien ! Les chefs du peuple auraient-ils vraiment reconnu que c’est lui le Messie ? Mais lui, nous savons d’où il est. Or, lorsque le Messie viendra, personne ne saura d’où il est. » Jésus, qui enseignait dans le Temple, s’écria : « Vous me connaissez ? Et vous savez d’où je suis ? Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m’a envoyé dit la vérité, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. » On cherchait à l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue. Jn 7,1-2.10.25-30 

Dans la Palestine de Jésus on est en train de célébrer la grande fête des Tentes, qui commémore la marche du peuple juif à travers le désert pendant laquelle il était tous les jours obligé à dresser les tentes et à les démonter. Jésus participe à ce qu’Israël considère comme étant la fête du ‘provisoire’ « non pas ostensiblement, mais en secret. » Toutefois, on le remarque pendant qu’il parle « ouvertement » des choses de Dieu, en suscitant chez ceux qui l’écoutent deux camps opposés : d’un côté tous ceux qui restent là, bouche bée en écoutant ses paroles, et de l’autre côté tous ceux qui n’arrivent pas à accepter que sa sagesse divine est dissimulée derrière un homme en chair et en os, duquel on sait tout, même qui sont ses parents. Il n’est guère facile d’accepter que la stratégie du salut de Dieu passe par l’humilité et par le manque d’ostentation de Jésus. Nous sommes là au cœur du mystère de l’Incarnation : aujourd’hui aussi on a du mal a reconnaître la divinité de Jésus de Nazareth cachée derrière les voiles de la chair. Toutefois, c’est bien ce qui nous est demandé car ceci est la manière choisie par Dieu pour se présenter à l’humanité. 

Ainsi, notre prière journalière elle aussi, ne peut pas ne pas passer par la personne de Jésus Christ, car il est la « manifestation » du Père, la « voie » qui mène à lui et « l’Esprit de Dieu » qu’il est venu éveiller chez l’homme. Sainte Thérèse d’Avila affirmait : « Je l’ai reconnu et je le vois clairement : nous ne pouvons plaire à Dieu que par Jésus-Christ ; et sa volonté est de nous accorder de grandes grâces que par les mains de cette Humanité très sainte, en qui, comme il le dit, il met ses complaisances.  » Les vérités qui nous ont été révélées par Jésus Christ ne sont mises en lumières que si elles passent par son humanité, car il est leur incarnation parfaite. Ce n’est qu’en acceptant ce mystère que nous pourrons comprendre la sainteté de l’Église, même si elle reste cachée derrière les voiles de ses pauvretés, y compris le péché.

Aide-nous Seigneur à reconnaître le mystère de ton incarnation en Jésus de Nazareth.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.