FRFL052

II semaine de Carême – Lundi

La miséricorde de Livia

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vousac ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. » Lc 6,36-38

Livia est une dame d’environ soixante ans, que nous rencontrons tous les matins à la première messe qui est célébrée au sanctuaire de Saronno. C’est une femme menue qui arrive tout juste à quarante kilos de poids. Elle gère une petite blanchisserie, qui lui permet de vivre assez modestement, mais avec dignité. C’est une personne toujours joyeuse et souriante, mais ce matin là, lorsque nous nous sommes arrêtés pour retirer les pantalons et les chemises, préparés pour nous, elle était un peu accablée. “ Excusez-moi – nous a-t-elle dit – aujourd’hui je suis triste car hier j’ai été volée à la tire. J’ai été bousculée par deux jeunes et jetée parterre ; ils sont partis avec mon sac dans lequel j’avais de l’argent, des documents et les clefs de la maison ainsi que celles du magasin. “ Ensuite, en hochant la tête, elle a ajouté d’un air profondément désolé : “ Les pauvres ! ”

Elle aurait pu dire plus et pire que ça mais, en donnant libre cours à ses sentiments pour un instant seulement, elle n’a dit que : “ Les pauvres ! ” Cette expression résumait toutes ses pensées et tous ses sentiments. “ Qui sait d’où ils viennent ? Qui sait quelle a été leur enfance ? Pourquoi des jeunes se réduisent-ils à vivre ainsi ? Quel avenir pourront-ils avoir ? ” Dans cette expression, “ Les pauvres ! ”, il y avait tout cela et bien plus. Aujourd’hui, en méditant ce passage de l’évangile  nous nous sommes souvenus de Mme Livia qui avec cette expression, “ Les pauvres ! ”, nous expliquait non seulement ce qu’est la miséricorde et le pardon mais aussi ce qu’est s’abstenir de juger. Cette expression, “ Les pauvres ! ”, voulait dire : « Père, pardonne-leurs : ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.