FRFL164

VII semaine du Temps Ordinaire – Lundi

L’exorcisme quotidien

Il leur [aux disciples] demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Un homme dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’ont pas réussi. » Jésus leur dit : « Génération incroyante ….  Amenez-le auprès de moi. » …. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit secoua violemment l’enfant ; celui-ci tomba, il se roulait par terre en écumant. …. Jésus, voyant que la foule s’attroupait, interpella vivement l’esprit mauvais : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » L’esprit poussa des cris, secoua violemment l’enfant et sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout …. seul avec ses disciples, ils l’interrogeaient en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas pu l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Rien ne peut faire sortir cette espèce-là, sauf la prière.

Mc 9,16-29

Dans l’évangile l’exorcisme ne libère pas seulement du démon les personnes qui en sont esclaves mais il revêt aussi une valeur de programme ; à savoir, il montre clairement l’œuvre messianique de Jésus qui est celle de combattre et de vaincre le mal qui asservit l’homme et l’éloigne de Dieu. Nous aussi, nous sommes appelés à participer à cette bataille pour libérer nous-mêmes d’abord et ensuite les personnes que nous connaissons, comme les disciples ont essayé de faire avec ce jeune homme dans le texte d’aujourd’hui. Pourtant ils n’ont pas réussi. Ils ont été impuissants comme au moment de la traversée du lac Tibériade lorsqu’un un vent fort avait commencé à souffler et ils ne savaient pas quoi faire. Pourquoi, dans ces deux cas, les disciples ont-ils touché du doigt leur impuissance ? C’est parce que dans la traversée du lac ainsi que dans le passage d’aujourd’hui, le Seigneur n’était pas avec eux, et ils se sont rendus compte que sans lui ils ne pouvaient rien faire.

Ainsi, dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus enseigne tant à ses disciples qu’à nous, que les deux moyens dont se servir dans ces cas-là sont la foi et la prière : « Génération incroyante […] Rien ne peut faire sortir cette espèce-là (de démons) sauf la prière. » En d’autres termes, la foi est une condition nécessaire mais elle n’est guère suffisante : elle doit se traduire concrètement dans la prière.

Cette condition semblerait nous exposer constamment à des attaques de la part du démon tout au long de la journée, car avec tout ce que nous avons à faire nous ne pouvons guère consacrer beaucoup de temps à la prière. Ceci semblerait être le cas pourtant il n’en est guère ainsi car nous pouvons toujours avoir recours à la “ prière de la vie ” qui passe à travers des pensées honnêtes, des sentiments légitimes, des paroles appropriées et des actions justes. Et, dans les moments où le mal se manifeste de façon plus violente, nous pouvons toujours faire un signe de la croix et réciter en silence un Notre Père pour permettre au Seigneur d’être présent dans cette situation-là. C’est un exorcisme journalier, à la portée de tous, et il est très puissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.