FRSM004

14 Février – S. Cyrille et S. Méthode

Évangéliser hier et aujourd’hui

Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager qui annonce la paix, le messager de la bonne nouvelle, qui annonce le salut, celui qui vient dire à la cité sainte :« Il est roi, ton Dieu ! »  Is 52,7

Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Lc 10,1-3

Essayons d’imaginer ce que ces soixante-douze disciples auront bien pu penser dans leur for intérieur,  ayant reçu en premiers le mandat d’aller annoncer Jésus Christ « dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller. » Il s’agissait de personnes qui étaient toutes simples, peu cultivées et qui n’étaient jamais sorties de leurs villages ; toutefois, elles remportent un vif succès et reviennent pleines de joie en disant : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. » (Lc 10,17) Ces hommes n’avaient pas besoin de la sagesse, car c’était le Saint Esprit qui s’en occupait, ni de la capacité de faire des miracles, car c’était le Seigneur agissant avec eux à s’en charger. Ils ont, simplement, été disponibles à courir : « Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager qui annonce la paix. »

Aujourd’hui, dans notre monde occidental, courir est bien plus facile, mais l’annonce de l’évangile est peut-être bien plus difficile, car notre civilisation est atteinte par une terrible maladie qui s’appelle “ hédonisme ” et qui consiste à concentrer toute notre attention sur ce monde et sur la possibilité de jouissance et de succès qu’il offre, en évitant toute souffrance et tout sacrifice. Nous vivons dans les choses sans nous interroger sur le sens de la vie et nous craignons la solitude et le silence qui nous obligent à penser. Nous nous fions aveuglement à la science, non seulement comme source de bien-être mais aussi de vérité, que nous acceptons seulement si elle vient de l’homme car nous voulons être nous-mêmes les maîtres de notre propre destin.

Tout en voyant que le monde est dominé par l’injustice, par l’exploitation et par la haine, nous n’estimons guère que le salut puisse venir d’un Autre. Quant à la religion, nous sommes tous, plus ou moins, sécularisés. Toutefois, de nos jours aussi, le messager qui annonce l’évangile n’est pas seul pour faire face à ces difficultés objectives : il y a  le Saint Esprit qui éclaire et il y a le Seigneur qui agit en confirmant la parole avec les miracles. De nos jours aussi, même si ceci peut nous sembler incroyable, il faut que nous soyons disponibles à courir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.