FRSM003

2 Février – La Présentation du Seigneur au Temple

La Chandeleur 

Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur …. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux …. L’Esprit lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l’Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l’enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple. » …. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. – Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. » Il y avait là une femme qui était prophète, Anne …. elle avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple …. S’approchant d’eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu.  Lc 2,22-38

La loi de Moïse prescrivait que quarante jours après la naissance du fils aîné les parents devaient se rendre au temple de Jérusalem pour l’offrir au Seigneur et pour la purification de la mère. Toutefois, dans l’évangile d’aujourd’hui, ce n’est pas l’enfant qui est offert au Seigneur, mais le Seigneur lui-même qui est offert par Marie et Joseph pour le salut de l’humanité et du monde entier. Voilà le mystère qui est révélé par la femme prophète Anne et par le vieux Syméon, qui illuminés par le Saint Esprit s’abandonnent à la joie et à la louange qui se fondent dans le merveilleux cantique du Dimittis : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. » Nous aussi ce matin, nous sommes allés à l’Église pour participer à la sainte messe et pour présenter, comme nous le faisons tous les jours, nos enfants au Seigneur. Une chandelle nous a été offerte, car c’est le jour de la Chandeleur ; ce nom vient du fait que l’Église bénit les chandelles pour commémorer la présentation de l’enfant Jésus au temple. Cette chandelle, qui nous a été donnée ce matin par le prêtre, confirme celle qui a été allumée au moment de notre baptême. C’est le signe de la foi et de l’évangile que nous sommes tenus à porter dans le monde entier. Donne-nous Seigneur la grâce de garder cette chandelle toujours allumée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.