FRFL133

II semaine du Temps Ordinaire – Jeudi

C’est l’heure des pauvres 

Jésus se retira avec ses disciples au bord du lac ; et beaucoup de gens, venus de la Galilée, le suivirent ; et aussi beaucoup de gens de Judée, de Jérusalem, d’Idumée, de Transjordanie, et de la région de Tyr et de Sidon avaient appris tout ce qu’il faisait, et ils vinrent à lui. Il dit à ses disciples de tenir une barque à sa disposition pour qu’il ne soit pas écrasé par la foule. Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher. Et lorsque les esprits mauvais le voyaient, ils se prosternaient devant lui et criaient : « Tu es le Fils de Dieu ! »  Mais il leur défendait vivement de le faire connaître. Mc 3,7-12

Dans la ville et dans les milieux importants de la Galilée, on a décidé de tuer Jésus et on est en train de trouver la bonne occasion pour passer à l’action. À partir de ce moment là, la mission de Jésus se déroulera dans des lieux solitaires et au bord du lac jusqu’à ce qu’il ne prenne la décision ferme de monter à Jérusalem : ceci ne découle pas du fait qu’il a peur mais parce qu’il souhaite rester avec ses gens. En effet, alors que les notables restent dans les villes pour s’occuper de leurs affaires et être présents à la prière dans la synagogue, les pauvres, les malades et les pécheurs suivent Jésus partout où il va. Un premier embryon d’Église commence à se former. Ce passage de l’évangile nous rappelle la naissance du Renouveau Charismatique. Au mois de janvier 1967, des étudiants de théologie de l’université de Duquesne aux États Unis, ne retrouvant pas dans leurs études et dans la vie de tout les jours cet Esprit qui planait sur la première Église telle qu’elle est décrite dans les Actes des apôtres, décidèrent de passer un fin de semaine en prière.

Après presque deux jours qu’ils étaient en prière – nous a raconté Kevin Ranaghan, un des participants – lors de l’invocation du Saint Esprit, à un moment donné, ils commencèrent à percevoir quelque chose d’extraordinaire : un grand amour les uns envers les autres, accompagné d’un désir irrésistible de louer le Seigneur et de chanter. Il y eut des manifestations prophétiques ; d’aucuns commencèrent à parler dans des langues inconnues et mystérieuses, comme ceci était le cas aux débuts de l’Église, et une grande joie et paix intérieure régnaient dans tous. En peu de temps, d’autres groupes semblables sont nés aux États-Unis et, par la suite, en Europe, au Mexique et en Amérique Latine. Dans l’espace de quelques années, tel un feu qui se propage dans la savane, même les personnes qui ne fréquentaient pas beaucoup les paroisses commencèrent à se réunir en groupes de prière, à chanter et à louer le Seigneur, en demandant souvent des guérisons de maladies ou la libération des situations négatives dans lesquelles elles se trouvaient. Un grand nombre de prières étaient exaucées et on rendait témoignage de ce que l’Esprit avait accompli. Au début, le vent du Saint Esprit a soufflé hors des paroisses ; par la suite, les personnes se sont insérées dans les paroisses et leur contribution aux célébrations liturgiques et à la vie paroissiale, en terme de joie et de louange, a été énorme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.