FRFL028

28 Décembre – Les Saints Innocents, Martyrs

La lutte éternelle entre le bien et le mal 

L’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode …. Alors Hérode, voyant que les mages l’avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région  Mt 2,13-18

Tous les jours, en feuilletant les pages des journaux, nous sommes frappés par la lutte incessante entre les forces du bien et celles du mal, qui dans les événements racontés, s’opposent telles des troupes déployées pour une bataille. Et le champ de bataille c’est l’homme. D’un coté, les forces qui veulent éliminer, étouffer et détruire sa vie ; de l’autre des personnes qui veulent défendre, nourrir, sauver. D’un coté, l’on tue, de l’autre l’on donne des organes ; d’un coté, l’on vend de la drogue, de l’autre, surgissent des communautés pour la prise en charge des toxicomanes et leur désintoxication ; d’un coté, l’on provoque l’avortement, de l’autre, l’on adopte des enfants. Dans le passage de l’évangile d’aujourd’hui, cette dimension revêt des aspects théologiques : Jésus naît à Bethléem et il s’immolera sur le mont Calvaire pour libérer et sauver l’homme de ses limites et de son péché. C’est une stratégie divine qui est claire pour les forces du mal aussi ; depuis le commencement, en effet, elles se sont déchaînées pour la combattre en se servant de tous les moyens. Ces forces visent à faire en sorte que le péché assujettisse l’homme, le rende esclave et  l’écrasé. Cette lutte incessante entre les forces du bien et du mal met en lumière un grand mystère qui, d’après la révélation, s’explique par le péché originel. Le fait que le mal est inné chez l’homme est bien illustré par l’enfant qui commence à parler et dont les premier mots sont « papa », « maman » mais aussi « non » et « mien ». Il n’y a en a même pas un dont les premiers mots sont : « oui », « tien » ou « nôtre » !

Même pas un. Leur cri de bataille est toujours « non ! », ou encore « c’est à moi !». Toutefois, malgré la révélation biblique et les nombreuses confirmations journalières, le mystère reste : pourquoi les forces du mal revendiquent-elles des droits sur l’homme ?… D’après nous, il n’y a guère de réponse exhaustive à cette question; il existe seulement la certitude qu’au-dessus du bien et du mal il y a Dieu qui œuvre sans cesse afin que le bien puisse prévaloir sur le mal. Le fait que, dans l’évangile d’aujourd’hui, le Seigneur envoie à Joseph un ange dans son rêve pour l’éclairer sur la façon de mettre Jésus à l’abri, est bien la certitude que Dieu aide ceux qui combattent du côté du bien. Et ceci nous suffit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.