FRFL023

Férie de l’Avent – 22 Décembre

La prière du Magnificat

 Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. » Lc 1,46-55

Face à la prière du Magnificat, avec laquelle Marie amorce les temps messianiques et l’histoire de l’Église, notre méditation laisse la place au silence, comme lorsque  nous contemplons la grotte de Bethléem. Tout commentaire risque de troubler la splendeur des paroles de cette femme juive, qui resplendissent comme des étoiles dans le ciel. Il y en a une, surtout, qui nous fait réfléchir, car elle semble être en claire opposition avec les catégories de la pensée contemporaine : c’est le mot «humilité ». Ce mot semble nous renvoyer à des attitudes de petitesse, d’insignifiance, de manque de valeur. Et c’est bien dans ce sens là que, parfois, l’on choisit de se présenter humblement, afin d’éviter les fatigues et les risques que l’on court lorsqu’on met sur pied de grands projets courageux. Pourtant celle-ci n’est point la véritable humilité : c’est, par contre, un prétexte bien pratique. Au contraire, Marie nous enseigne la véritable humilité : celle qui dérive d’une prise de conscience de notre petitesse mais aussi de la certitude de servir d’instrument à un Seigneur si grand mais pourtant disposé à nous confier ses projets. Alors le front se lève et la pensée vole en haut, sur les ailes de la foi ; ce qui pousse saint Paul à écrire dans l’Épître aux Philippiens : « Je peux tout supporter avec celui qui me donne la force. » (Ph 4,13) Les mots du Magnificat nous exhortent à nous mettre humblement au service du Seigneur qui, selon ses plans, fera en nous des merveilles, à la louange et à la gloire de son nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.