FRFL016

III semaine de l’Avent – Jeudi

Le style de l’apôtre

Après le départ des envoyés de Jean Baptiste, Jésus se mit à parler de lui aux foules : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?…Alors, qu’êtes-vous allés voir ? Un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent des vêtements magnifiques et mènent une vie de plaisir sont dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis ; et bien plus qu’un prophète ! C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour qu’il prépare le chemin devant toi. Je vous le dis : Parmi les hommes, aucun n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. Tout le peuple qui a écouté Jean, y compris les publicains, a reconnu la justice de Dieu en recevant le baptême de Jean. Mais les pharisiens et les docteurs de la Loi, en ne recevant pas ce baptême, ont rejeté le dessein que Dieu avait sur eux. Lc 7,24-30

Pendant l’année liturgique nous avons souvent l’occasion de réfléchir sur Jean le Baptiste et nous en dégageons chaque fois des éléments différents.  Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus lui-même nous parle de Jean en le définissant son « messager » et en soulignant que ce rôle est plus important que celui de « prophète ». Voyons, alors, quelle est la différence subtile qui existe entre le « prophète » et le « messager », et demandons nous si nous sommes appelés à l’un ou à l’autre. Le prophète est celui qui parle au nom de Dieu car il est « éclairé » par lui, le messager parle aussi au nom de Dieu mais il est « envoyé » par lui. Isaïe, Ezéchiel et Daniel sont des prophètes : ils prévoient, annoncent, mettent en garde. L’archange Gabriel, qui est le messager envoyé directement par Dieu à Marie, annonce et dispose : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. » (Lc 1,30-31)

L’apôtre du Nouveau Testament aussi, directement envoyé par le Seigneur pour annoncer l’évangile, est un messager :  « Pierre leur répondit : ″ Convertissez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ. ″ »  (Ac 2,38)

Jean le Baptiste, qui a vécu dans sa chair le passage de l’Ancien au Nouveau Testament, peut bien être considéré comme étant en même temps le dernier prophète et le premier messager du Seigneur. Au début du passage d’aujourd’hui, Jésus nous dit aussi comment le messager de Dieu doit vivre : il ne doit pas être agité comme un roseau par le vent de son temps et, il doit vivre sobrement, loin des excès et des relâchements de la société. Je crois que ceci doit être aussi notre rôle et notre style.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.