FRSM038

8 décembre – L’Immaculée Conception de la Vierge Marie

L’Immaculée Conception

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ‘la femme stérile’. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. Lc 1,26-38

Dans l’histoire de l’humanité, certains épisodes semblent suspendus dans l’espace et dans le temps, peut-être parce que tout pays et tout siècle perçoivent qu’ils leur appartiennent. L’Annonciation en est un. Il est bien illustré par les artistes de toute époque qui nous ont légué leurs chefs-d’œuvre sur l’ange Gabriel qui porte la bonne nouvelle à Marie.  La splendeur de l’art éclairant notre foi, laissons-nous alors guider dans la contemplation du passage d’aujourd’hui par des peintres tels que l’Angelico, puisque la scène décrite dans l’évangile d’aujourd’hui ne peut guère être comprise : elle peut seulement être contemplée. Marie est d’abord troublée par l’éclat du messager de Dieu ; ensuite, elle se demande quel est le sens des paroles qu’elle vient d’entendre ; et enfin, elle demande comment un  tel évènement, qui à ses yeux est impossible, pourra se réaliser. Ce sera son attitude de confiance, d’acceptation et d’abandon à la volonté de Dieu qui dissipera toute crainte et permettra à ce qui n’est guère réalisable de se réaliser. Répétons alors, avec Marie, que nous sommes les serviteurs du Seigneur et que, dans notre vie, sa volonté s’accomplisse : notre vie, livrée à Dieu, se transformera alors en un chef-d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.