FRFL005

I semaine de l’Avent – Vendredi

Les premiers à annoncer l’évangile

Tandis que Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent, en criant :   « Aie pitié de nous, fils de David ! » Quand il fut dans la maison, les aveugles l’abordèrent, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils répondirent : « Oui, Seigneur. » Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se fasse pour vous selon votre foi ! » Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit sévèrement : « Attention ! que personne ne le sache ! » Mais, à peine sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région. Mt 9,27-31

Jésus a appelé les premiers disciples qui, pendant trois années, ont vécu avec lui, écouté les paraboles, assisté aux miracles et, jour après jour, ils ont assimilé sa façon de vivre. Ceci a été un chemin de foi et de conversion qui lentement les a portés à reconnaître, dans la personne de Jésus de Nazareth, le Messie attendu d’Israël. Voilà la pédagogie de Jésus à leur égard. Dans l’évangile d’aujourd’hui, pendant que les disciples cheminent lentement avant d’arriver au moment final où ils recevront le mandat d’évangéliser le monde et d’être les premiers piliers de l’Eglise, ces deux aveugles passent tout d’un coup de la cécité complète des yeux et de la foi à l’illumination sur la souveraineté de Jésus, et ils seront les premiers à annoncer l’évangile. Probablement, ils ne savent pas grand-chose sur Abraham, Moïse et l’Ancien Testament : ils savent seulement qu’avant ils ne voyaient pas et que maintenant ils voient. C’est bien là, le fond de leur annonce de l’évangile.

Pourquoi les deux aveugles saisissent-ils d’un seul coup cette vérité que les disciples découvrent petit à petit ? La réponse ne peut qu’être une seulement : ils se sont laissés toucher par Jésus et ils ont été guéris. Cet évènement cache un grand enseignement pour nous aussi. Le secret de notre chemin de foi ne réside pas seulement dans le fait que jour après jour, grâce à la méditation des Écritures Saintes, nous essayons de saisir, petit à petit, la signification que revêt la souveraineté de Jésus. La prière que nous faisons ensemble en son nom, elle non plus ne peut nous suffire. Ce sont des moments importants pour grandir mais le véritable saut dans la foi en Jésus, nous le ferons lorsque, en prenant conscience de notre incapacité de pénétrer les vérités de l’évangile et de nous aimer les uns les autres comme lui il nous aime, nous irons le chercher, comme ces deux aveugles, pour le prier de nous guérir. À un certain moment nous aussi nous serons obligés de crier : «Aie pitié de nous, Fils de David ! », nous qui ne savons point aimer et qui nous limitons à méditer intellectuellement l’évangile sans y mettre notre cœur. Alors, le Seigneur lui-même nous soufflera à l’oreille : « Croyez-vous que je puisse faire cela? » Si, à ce moment là, nous répondons comme les deux aveugles : « Oui, Seigneur », alors nos yeux et nos oreilles s’ouvriront, nous comprendrons vraiment les Écritures et nous deviendrons des témoins crédibles de l’évangile. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.