FRFL348

XXXIII semaine du Temps Ordinaire – Jeudi

Le démon détruit toujours

Quand Jésus fut près de Jérusalem, en voyant la ville, il pleura sur elle ; il disait : « Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la paix ! Mais hélas, cela est resté caché à tes yeux. Oui, il arrivera pour toi des jours où tes ennemis viendront mettre le siège devant toi, t’encercleront et te presseront de tous côtés ; ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas reconnu le moment où Dieu te visitait. » Lc 19,41-44

Jésus pleure car il prévoit ce qui serait arrivé à Jérusalem trente sept ans après, en 70 apr. J.-C., quand l’armée romaine suivant les ordres de l’empereur Tite aurait détruit le temple et toute la ville, ne laissant plus pierre sur pierre. Ceci arrivera – dit Jésus – car Jérusalem n’a pas reconnu « le moment où elle a été visitée » par le Seigneur. Jésus pleure, mais il ne peut rien faire pour empêcher la destruction, même pas une prière au Père, car le démon a ses droits et, puisque Jérusalem a refusé Jésus de Nazareth comme Messie, il les prend tous.

Et quand le démon exerce ses droits, il détruit car lui seul sait détruire et il en jouit. Toutefois, la destruction ne le satisfait que pour un instant, après il doit recommencer, détruire encore, comme il arrive aux drogués chez qui l’effet de la drogue ne dure qu’un moment et après ils doivent recommencer à se droguer toujours plus et toujours plus souvent. En passant, il suffirait cette identité de comportement pour se rendre compte que la drogue est aujourd’hui le moyen le plus répandu avec lequel le démon détruit. Il utilise aussi d’autres moyens de destruction : l’attachement à l’argent, le sexe fin en soi, le tabac, l’alcool, la haine et la vengeance. La nourriture, qui est une grâce de Dieu, devient aussi une drogue et donc la manifestation du démon si elle ne fait pas l’objet d’un régime alimentaire équilibré. De même que toute destruction a comme inspirateur et metteur en scène le démon ainsi la paix, l’amour et le pardon ont comme inspirateur le Seigneur. Jésus est impuissant face à la destruction de celui qui le refuse, mais il peut tout pour protéger et bénir celui qui l’accepte comme Seigneur. La Providence, la paix, la consolation, la joie, l’équilibre, la miséricorde, le bon sens, le désir du partage, le sens de la mesure dans ce qu’on dit et ce qu’on fait sont toutes des manifestations qui découlent de la bénédiction du Seigneur. Nous n’avons jamais vu un homme de Dieu s’irriter, excéder, exagérer ou dérailler, alors que nous connaissons maintes personnes qui ont des lubies et perdent la maîtrise de soi en s’abandonnant à des comportements illogiques et parfois même nuisibles pour eux-mêmes et pour leur prochain. Les lubies aussi peuvent être une manifestation du démon qui agit sur les points faibles des personnes. Le Seigneur ne peut rien pour celui qui le refuse, de même qu’il n’a rien pu faire pour empêcher la destruction de Jérusalem.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.