FRFL328

XXX semaine du Temps Ordinaire – Vendredi

La guérison de l’hydropique

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et on l’observait. Justement, un homme atteint d’hydropisie était là devant lui.  Jésus s’adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? » Ils gardèrent le silence. Jésus saisit alors le malade, le guérit et le renvoya. Puis il leur dit : « Si l’un de vous a son fils ou son bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas l’en retirer aussitôt, le jour même du sabbat ? » Et ils furent incapables de trouver une réponse. Lc 14,1-6

La question adressée par Jésus aux docteurs de la loi et aux pharisiens est provocante. Jésus sait bien que, d’après la loi juive, il n’est pas permis de faire une guérison le jour du sabbat, le jour de fête pendant lequel on célèbre l’attente des temps messianiques. Toutefois pour lui qui est le Messie, le temps de l’attente est révolu et la règle du sabbat est dépassée. Toutefois, sa provocation ne concerne pas le jour de fête à observer mais plutôt l’attitude intransigeante des docteurs de la loi et des pharisiens à l’égard des autres :  « Si l’un de vous a son fils ou son bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas l’en retirer aussitôt, le jour même du sabbat ? » Et « ils furent incapables de trouver une réponse », car qui sait combien de fois ils ont même fait quelque chose de pire le jour du sabbat. Maintenant oublions que Jésus a accompli ce miracle le jour du sabbat et penchons nous sur la guérison en soi. Cet homme est atteint d’ « hydropisie » : son cœur est rempli d’eau. Nous avons déjà, à maintes reprises, eu l’occasion de réfléchir sur ces guérisons qui, au-delà de l’événement qui est raconté, cachent une signification symbolique.

La « cécité » représente la difficulté de lire les signes des temps et la présence du Seigneur dans l’histoire, la « surdité » et le « mutisme » représentent l’incapacité de communiquer avec Dieu et avec les hommes ; la « lèpre » incarne le péché qui défigure le visage de l’homme, la « main sèche » exprime la difficulté d’œuvrer et le « possédé » montre comment le démon est capable de ravager l’esprit et l’équilibre d’une personne. L’hydropisie, dont est atteint cet homme, symbolise par contre une maladie qui aujourd’hui est très répandue : nous nous remplissons de choses inutiles et même parfois nuisibles à un tel point qu’on remplace ce qui est bon, beau et vrai. Nous nous rapportons, en effet, à bon nombre de programmes télévisés, à certains fait divers, aux banalités dont nous sommes imprégnés et aux radotages qui remplissent une bonne partie de nos journées. Demandons donc au Seigneur de nous guérir de toute ces choses là afin que dans notre cœur la prière, la louange, ce qui est beau, vrai et saint puissent se frayer un chemin et trouver leur juste place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.