FRFL300

XXVI semaine du Temps Ordinaire – Jeudi

Comment vivre la mission 

Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.  Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route. Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous.’ Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche.’ Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville. Lc 10,1-12

Aujourd’hui le Seigneur établit certaines règles qui représentent le décalogue de la mission, et il définit la façon essentielle d’aller et de s’habiller : « N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales » ; et il nous dit aussi de ne pas nous disperser : « Ne vous attardez pas en salutations sur la route. » Il traite de l’hospitalité et de la nourriture à accepter avec joie. Il enseigne ce qu’il faut dire en entrant dans une maison : « Paix à cette maison ! » Il exhorte le missionnaire à la gratitude pour ce qui lui est donné : « mangeant et buvant ce que l’on vous servira. » Et enfin, il traite des relations profondes à entretenir avec les personnes : « Ne passez pas de maison en maison. »

En réfléchissant sur l’évangile d’aujourd’hui, nous devons prendre acte du fait que vivre, voyager, souvent finalisé à l’accomplissement de projets divers, est en réalité planifié par le Seigneur qui l’utilise pour nous envoyer là où il nous veut. Il y a plusieurs années, j’ai eu l’occasion de collaborer avec certaines maisons de couture de Florence, en retrouvant les parfums des tissus de mamie Betta qui avait été couturière ; jamais, je n’aurais imaginé que ceci était le début d’une communion profonde avec de nouvelles sœurs dans la foi. Petit à petit, avec les commentaires sur les collections de mode, nous avons commencé à parler du Seigneur et nous avons tout de suite ressenti le désir de prier ensemble. Aujourd’hui, même si la raison qui nous a fait rencontrer n’existe plus, Anna, Maria Rosa, Paola, Rina et moi nous nous rencontrons encore pour prier, en partageant des moments de joie et d’épreuve, car le Seigneur a transformé notre amitié, née au début parmi les défilés de mode, en une communion fraternelle, comme lui seulement est capable de faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.