FRFL294

XXV semaine du Temps Ordinaire – Samedi

Prédiction de la passion

Et tous étaient frappés d’étonnement devant la grandeur de Dieu. « Mettez-vous bien en tête ce que je vous dis là : le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles, elles restaient voilées pour eux, si bien qu’ils n’en saisissaient pas le sens, et ils avaient peur de l’interroger sur ces paroles. Lc 9,43b-45

Aujourd’hui, tout à coup, nous sommes tombés sur cette prédiction de la passion que nous préférons appeler « passion et résurrection », pour rester fidèles au message évangélique qui dans le triomphe de la résurrection de Jésus comprend aussi la douleur de la passion. Les deux font partie d’une vérité unique et indivisible. Si l’on considère la passion sans résurrection l’on arrive à une religiosité désespérée et triste ; si l’on ne considère que la résurrection l’on aboutit à une religiosité bêtement enthousiaste et triomphaliste. Il s’agit-là de deux erreurs opposées qui nous empêcheraient de dégager la valeur intégrale de la foi. Toutefois, les disciples ne courent ni l’un ni l’autre de ces deux risques car ils refusent en bloc le message de Jésus. Leur incapacité à comprendre ne découle pas de leur mauvaise volonté, ni de leur refus du projet du Maître ; mais c’est justement cette révélation qui, tout en ayant été clairement exprimée, est stratégiquement trop hermétique pour les disciples. En effet, nous sommes au cœur de la  foi et de la réalisation de la promesse de Dieu que l’homme ne peut ressentir que comme un désir profond et vague qu’il ne comprend que quand il voit que Dieu l’a réalisée et l’a éclairée par la lumière de l’Esprit. Cette stratégie du salut dont Dieu est l’auteur commencera à être à peine compréhensible après la résurrection, et elle ne deviendra tout à fait claire qu’après la Pentecôte. Les disciples, en effet, arriveront à la comprendre par étapes successives, comme l’aveugle de Bethsaïde qui d’abord voit les hommes comme des arbres qui marchent et ensuite comme ils le sont réellement.  

Pour les disciples cette stratégie est complètement obscure dans le passage de l’évangile d’aujourd’hui ; et elle l’est aussi un peu pour nous car même si nous en connaissons le dénouement et la vérité de foi, à ce moment-ci de l’année liturgique, cette page de l’évangile nous arrive soudaine, comme la lueur d’un éclair dans la nuit. Toutefois, il sera bien de l’accueillir comme une grâce de Dieu car, nous avons besoin de temps à autre, pour ne pas nous perdre dans les sentiers des méditations bibliques personnelles, qu’on nous rappelle le chemin qui nous conduit à la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.